[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Le Sushi-Burrito, la petite nouveauté qui cache bien son jeu. Un petit peu de fraîcheur dans cet été qui, à Paris, a mis du temps à arriver.

Si pour le déjeuner, l’on n’a pas forcément envie d’un burger chaud, d’une maigre salade, d’un étouffant bagel ou d’un sandwich de boulangerie de douteuse provenance, il existe depuis deux petites semaines un nouveau lieu qui mêle nouveauté, création et gourmandise saine. Après les sempiternels sushis japonais et la découverte, depuis peu de temps, des burritos mexicains voici déjà venu le temps du combo, la fusion des deux le « sushi-burrito ». C’est nouveau et c’est dans le XIe arrondissement que cela se trouve, Fuumi.
Dit comme ça, il est vrai que l’on peut rester perplexe. En bref, c’est un gros sushi quoi. Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas vrai non plus… Officiellement, le sushi-burrito est né à Singapour il y a deux ans, avant de passer par les États-Unis et donc, la suite logique, l’Europe puis la France.

C’est un jeune couple de Vénézuéliens Taziana & Salvador qui le lance ici. Elle est venue en France pour passer un C.A.P Cuisine et a travaillé au Moulin de la vierge (une boulangerie-pâtisserie dans le 15e arrondissement de Paris) et pour le restaurant Chez Caldé et lui, à fait des études d’architecture en Italie.

LE SUSHI-BURRITO, LA PETITE NOUVEAUTÉ QUI CACHE BIEN SON JEU

LE SUSHI-BURRITO, LA PETITE NOUVEAUTÉ QUI CACHE BIEN SON JEU

Une petite dizaine de sushis-burritos sont donc proposés à la carte de ce petit resto à la déco dans l’air du temps tout de bois, de petites plantes vertes et d’ampoules à filament vintage. Les noms des sandwichs se baladent évidemment entre le Japon et le Mexique avec des noms tels que le Cancún, le Samouraï, le Mariachi ou encore le Midori…

Qu’est-ce que l’on y trouve dans ces sandwichs nouvelle génération ? Beaucoup de bonnes choses, toujours fraîches : Deux feuilles de Nori, du riz japonais préparé dans une vraie bassine en bois traditionnelle, et, après, c’est selon : crevettes au saté, chou rouge, menthe, sauce yaourt, olives noires, carotte, thon, saumon, sauce soja, miel… etc. « On a voulu faire un fast-food fusion japo-mexicain, mais sain… » affirme Salvador. Pour le riz, le couple ne se cache pas, pour qu’il soit toujours bien étalé, toujours bien posé, sans jamais être tassé sur la feuille de nori, avec une régularité constante, ils ont pris un robot qui vient directement du Japon : « Nous ne sommes pas de culture japonaise, mais nous voulions faire un produit de qualité… »


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Désormais, les sushis se préparent de plusieurs façons. Et oui, de la version arc-en-ciel à la déclinaison pizza en passant par la technique burger : tout est permis.

Découvrez comment les célèbres petites bouchées deviennent de véritables merveilles hybrides très savoureuses.
#1 Sushi donut
Le sushi donut n’est pas qu’un beignet sucré fourré au saumon cru ainsi qu’au wasabi. Car bien loin de la pâtisserie, l’avocat, les algues, le sésame et le chou rouge remplacent le glaçage. Quant au riz vinaigré, il fait office de pâte. De quoi conserver toutes les vertus de ce mets venu d’Extrême Orient.
#2 Sushi burrito
Quand la cuisine japonaise rencontre la gastronomie mexicaine, cela donne le sushi burrito. Mais ici, la tortilla est remplacée par du riz. Du côté de la garniture, elle est composée de salade, de poisson ou d’avocat. Un résultat qui donne véritablement l’eau à la bouche.
#3 Sushi burger
Avec le sushi burger, le mythique hamburger américain se retrouve japonisé grâce à des saveurs asiatiques. En effet, les deux tranches de pain sont remplacées par des couches de riz vinaigré. Et à l’intérieur, on trouve les ingrédients habituels du sushi, comme le saumon, l’avocat ou le chou.

Le sushi burger

Le sushi burger

#4 Sushi pie
Healthy, originale et facile à réaliser, la tarte-sushi (sushi pie) envahit actuellement les réseaux sociaux. Seul point commun avec la tarte : sa forme. Car au lieu de rouler les ingrédients, il suffit d’alterner des couches dans un moule. Son format XXL vous offrira un maximum de plaisir.
#5 Sushi pizza
Vous avez toujours rêvé de pouvoir fusionner pizza et sushi ? C’est possible en plaçant sur une pâte à pizza toute la garniture relative aux sushis. Mais n’oubliez pas, pour obtenir un mélange gourmand, le poisson doit impérativement être frais.
#6 Sushi rainbow
Le principe du sushi rainbow ? Injecter des colorants alimentaires dans le riz pour donner de multiples teintes au produit. Une nouvelle technique qui ne change absolument pas la saveur de la spécialité japonaise mais qui n’a évidemment pas manqué de faire le buzz sur Instagram.
#7 Sushi taco
Un taco est un antojito (en-cas) de la cuisine mexicaine qui se compose d’une tortilla repliée ou enroulée sur elle-même. Mais dans le cas du sushi taco, on trouve à l’intérieur tous les ingrédients habituels du sushi. De quoi surprendre les papilles.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Manger des sushis est devenu presque aussi habituel pour les Français que de manger un croissant pour les Japonais. Seulement, ce qu’on ne sait pas forcément, c’est que pour les déguster convenablement, il y a une série de règles à respecter.

Au Japon, les restaurant de sushis sont très nombreux sans pour autant être les plus populaires. En effet, leurs prix, bien plus élevés que des restaurants de gyūdon ou de rāmen par exemple, ne permettent pas à tous les Japonais de s’y rendre autant qu’ils le souhaiteraient.

En tant que touriste, on a plutôt tendance à favoriser les kaitenzushi, ces restaurants où les assiettes défilent sur un tapis roulant. Cela permet de découvrir de nouvelles saveurs sans risque de parler japonais avec le chef.

Découvrez maintenant les règles à adopter pour apprécier des sushis comme si vous étiez japonais.

1. Réserver par téléphone

Dans les faits, ce n’est pas toujours nécessaire de réserver, sauf dans le cas d’un restaurant très populaire ou si vous avez des demandes particulières, notamment des allergies. En appelant au préalable, vous vous assurez de ne pas être pris au dépourvu et d’apprendre les règles du restaurant, notamment en matière de paiement où certains établissements n’acceptent que les espèces.

2. Demander avant de prendre des photos

Prendre des photos de son repas est devenu une habitude pour les Japonais comme pour les touristes. Les chefs y sont habitués, mais si vous êtes amenés à vous asseoir au comptoir, demander leur autorisation n’est pas superflue. Mieux, si vous le faites en japonais, cela vous fera bien voir de vos voisins et des chefs.

3. Ne venez pas trop parfumé

Manger des sushis, c’est à la fois ravir le nez et le palais. Dans de telles circonstances, il paraît évident que venir parfumé(e) de la moitié de son flacon d’eau de Cologne (ou de parfum à 100€, c’est la même chose) sera mal vu et surtout risquera de ruiner le repas de tous les clients, y compris le votre.

4. Manger vos sushis dans l’ordre “logique”

Sushi japonais

Sushi japonais

Si vous êtes plus aventureux que l’essentiel des touristes qui ne mangent que du saumon (et un peu de thon), alors vous voudrez respecter l’ordre logique de dégustation des sushis. Si vous souhaitez faire comme les Japonais, vous commencerez par des poissons blancs plus faibles en goût avant de passer aux poissons plus gras et forts comme le thon (toro) ou l’anguille grillée (yakiunagi). Dans tous les cas, entre chaque poisson, buvez une gorgée de thé et si le coeur vous en dit, un morceau de gingembre pour vous “laver” le palais.

5. Finissez ce que vous avez commandé

Vous aimez le saumon et vous en voyez passer quatre assiettes sur le tapis roulant ? Ne vous ruez pas dessus. La règle veut que l’on prenne une seule assiette à la fois. C’est seulement lorsque vous l’aurez terminée que vous pourrez en prendre ou en commander une autre. Ne pas finir son assiette est considéré extrêmement mal élevé et surtout c’est du gachis. Mottai nai!

6. Ne mettez pas trop de sauce

Le sushi doit se suffire à lui-même. A peine peut-on l’agrémenter d’un peu de sauce soja. Ne versez jamais la sauce directement sur le sushi. Aussi, ne le noyez pas, sauf si vous voulez détruire son goût.

7. Trempez votre sushi dans la sauce côté poisson

La bonne manière de “saucer” son sushi est de le tremper dans la sauce côté poisson. Le riz doit rester le plus blanc possible car s’il devient humide, il risque de se séparer du poisson. Quant à savoir s’il faut utiliser ses baguettes ou ses mains nues pour manger un sushi, pas de souci, les deux sont acceptés.

8. Ne restez pas trop longtemps

Dans les restaurants très populaires, notamment à Tsukiji à Tokyo, on peut faire de longues files d’attente pour entrer. C’est pourquoi il est demandé aux clients de ne pas s’éterniser, et ce pour laisser une chance aux autres de pouvoir déguster à leur tour les délicieux sushis. Pas d’inquiétude ni de rush pour autant, traditionnellement, on estime que rester 1h30 est une bonne moyenne. Un temps qui peut atteindre 2 heures si on y ajoute une bière et du sake pour le “dessert”.

Voila, vous savez à peu près tout ce qu’il faut savoir pour manger des sushis dans de bonnes conditions et donner une bonne image de vous-même et de votre communauté au Japon.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Vous pensiez qu’au delà du thon et du saumon, les sushis n’étaient pas très créatifs. C’était sans penser à la capacité d’innovation des chefs nippons. Découvrez la nouvelle mode du sushi unagi au beurre.

Un dicton dit que la cuisine française, c’est la cuisine au beurre. Mais bien que nous avons cela dans le sang, ca ne veut pas dire que nous soyons prêts à manger des sushis japonais avec la moitié de la plaquette dessus. Pourtant, il semble que ce soit la dernière mode japonaise. En effet, la chaîne de restauration japonaise Jinen vient de lancer des sushis à l’anguille avec une gros morceau de beurre sur le dessus. Appelés Unagi, ces petites pièces de poisson sont entrain de rendre les nippons complètement dingues. Comme nous pouvons le voir sur cette photo instagram, il semblerait qu’il ne faut pas y aller de main morte concernant la proportion de matière grasse. Le sushi qui est d’habitude un met plutôt diététique s’avère dans ce cas là un met food porn qui dépasse tous les burgers au monde. Tentés ?


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Au Japon, la plupart des éléments de la vie quotidienne ont leur étiquette stricte. Et le sushi, plat emblématique du Japon, ne fait pas exception.

Par exemple, il est mal vu de se verser à boire soi-même : le serveur ou votre partenaire devrait toujours le faire pour vous.

Voici donc un cours intensif privé avec le chef Shinji Nagai, du restaurant Shinji.
Chef, quels sont les comportements adoptés par vos clients qui vous inquiètent le plus?

Mélanger le wasabi dans la sauce soja… ce n’est pas normal. […] Le wasabi est mis sur l’assiette seulement lorsqu’on sert du sashimi (poisson cru seul). On en met un tout petit peu sur le morceau de poisson, puis on trempe légèrement l’autre côté dans la sauce soja.

Dans les autres cas, le wasabi est déjà dans la bouchée, il ne faut donc pas en ajouter. Par exemple, il n’y a pas de wasabi dans l’assiette en accompagnement de nos makis (rouleaux).

Qu’en est-il des nigris (petite boulette de riz couverte d’un morceau de poisson)?

Avec les nigris, il faut prendre la bouchée, la retourner pour avoir le poisson vers le bas et tremper le poisson seulement dans le soja. Puis, il faut garder la bouchée dans le même sens et la mettre dans la bouche, le poisson sur la langue. C’est de cette manière qu’on mange des nigris.

Lorsque les gens trempent le riz dans la sauce soja, la boulette se défait, et on se retrouve avec trop de soja, ça masque le goût du poisson!

Est-ce qu’on doit utiliser ses doigts ou des baguettes?

Je préfère manger le sushi avec mes doigts. Mais c’est à la discrétion du client, ce n’est pas grave.

Et que doit-on boire avec du sushi? Bière, vin, saké?

Peu importe ce que les gens préfèrent. Cependant, le vin blanc et le saké vont bien avec mes plats.

Lorsque les gens ne respectent pas l’étiquette, comment vous sentez-vous?

C’est une différence culturelle. Ici, les gens ont grandi avec beaucoup de sauces qui accompagnent les plats. Pas nous! Les gens peuvent manger comme ils veulent, tout ce que je veux, c’est qu’ils apprécient. Aussi, s’ils veulent manger à la manière des Japonais, ça sera un plaisir de les initier!