[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Les sushis du “Jardin des Sens” chez les Pourcel. De petits trucs confiĂ©s par le Chef Thierry Rousset qui a eu la chance le cĂ´toyer les Chefs japonais.

700 g de riz Ă  sushi – 1 l d’eau minĂ©rale –

4 c c de sel – 5 c s de vinaigre de riz – 5 c s de sucre semoule ( ou 6 cl d’assaisonnement Ă  sushi)

Riz: Laver le riz Ă  l’eau froide, jusqu’Ă  ce que l’eau devienne transparente. Le laisser s’Ă©goutter sur un tamis au moins 20 mn avant de le cuire. En s’Ă©gouttant, il va sĂ©cher, l’amidon va se “reprendre”.

Mettre le riz dans une casserole d’eau minĂ©rale, porter Ă  Ă©bullition. Cuire Ă  feu vif 2 mn, puis baisser le feu, laisser bouillir 5 mn sans remuer. Couvrir alors et poursuivre la cuisson 15 mn Ă  feu doux, jusqu’Ă  absorption de l’eau (la tempĂ©rature sera aux alentours de 70°. Retirer du feu, poser un linge au contact du riz, pour Ă©viter qu’il ne sèche, mettre le couvercle. Laisser reposer 15 mn.

MĂ©langer le sel, le sucre, le vinaigre dans une casserole, et tiĂ©dir jusqu’Ă  dissolution (ou utiliser de l’assaisonnement Ă  sushi).

Verser alors le riz dans un plat en bois de prĂ©fĂ©rence (ou un large plat en terre, pas trop profond, tempĂ©rĂ© sous de l’au chaude avant, puis sĂ©chĂ©. Pas de saladier en inox.). Ne pas racler le fond de la casserole, le riz a collĂ©, contient de l’amidon. Étaler le riz en sĂ©parant les grains avec une spatule en bois, en le “coupant” dĂ©licatement, en versant petit Ă  petit l’assaisonnement. Ne pas Ă©craser les grains. Il va ainsi se nacrer. Garder le riz Ă  tempĂ©rature ambiante, sous un linge (sera Ă  40°). Le riz ne doit jamais ĂŞtre mis au frigo. Le cuire 1 heure avant maximum.

Garnitures :  Filet de saumon – Queues de crevettes crues – CĹ“ur de thon (maguro) mis 1 nuit au congĂ©lateur: le thon frais contient de l’histamine. Rincer plusieurs fois pour enlever les bactĂ©ries – Filet de poisson blanc (loup, daurade, maquereau, sardine, bar, congre – pas lotte) – Tentacule de poulpe – Calmar cru taillĂ© en croisillons – Oeufs de saumon – Petit concombre asiatique – Feuilles de nori – SĂ©same blanc grillĂ©

Couper la queue en biais pour le cĂ´tĂ© esthĂ©tique. Enfoncer une pique en bois (la crevette sera plus droite). Porter une casserole d’eau avec 1 c c de vinaigre blanc Ă  Ă©bullition. Blanchir les crevettes 20 secondes. Égoutter dans de l’eau glacĂ©e. Ouvrir en deux “en papillon” par le ventre, enlever le boyau. Couper la partie rĂ©tractĂ©e par la cuisson, non nette.

Couper le petit concombre en deux, puis en bâtonnets.

Couper les poissons blancs en fines lamelles en biais. Enlever le parties foncées, qui ont un goût agressif.

Couper le thon en taille nette de 4 millimètres.

Faire un cornet de papier sulfurisé et remplir de pâte de wasabi (préférer le sushi en poudre dilué selon la consistance désirée).

Sushi: Faire des boulettes en ne serrant pas trop dans la main, juste agglomérer.Se mouiller les mains entre chaque sushi.

Poser une pointe de wasabi. Poser une lamelle de poisson, Prendre le sushi dans la paume de la main, presser avec deux doigts sur le poisson en serrant pour coller. Resserrer les bords pour rendre le sushi compact.

Maki: Poser la feuille de nori grillĂ©e sur une natte. le sens des grains de la feuille doit ĂŞtre vertical. Étaler le riz sur moins d’1 cm.

Faire une ligne de sésame. Mettre une ligne de concombre. Une ligne d’œufs de truite.

Refermer la natte en tirant vers soi.

Fabrication des makis

Fabrication des makis

Avec la natte, faire un mouvement de balancier pour coller le nori autour du rouleau de riz.

Couper.

Accompagnement: Gingembre au vinaigre (ne se mange pas avec ou sur le sushi, sert Ă  “rafraichir” la bouche)

Sauce soja (tremper par le côté poisson, pas côté riz).


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Au Japon, la plupart des éléments de la vie quotidienne ont leur étiquette stricte. Et le sushi, plat emblématique du Japon, ne fait pas exception.

Par exemple, il est mal vu de se verser Ă  boire soi-mĂŞme : le serveur ou votre partenaire devrait toujours le faire pour vous.

Voici donc un cours intensif privé avec le chef Shinji Nagai, du restaurant Shinji.
Chef, quels sont les comportements adoptés par vos clients qui vous inquiètent le plus?

MĂ©langer le wasabi dans la sauce soja… ce n’est pas normal. […] Le wasabi est mis sur l’assiette seulement lorsqu’on sert du sashimi (poisson cru seul). On en met un tout petit peu sur le morceau de poisson, puis on trempe lĂ©gèrement l’autre cĂ´tĂ© dans la sauce soja.

Dans les autres cas, le wasabi est dĂ©jĂ  dans la bouchĂ©e, il ne faut donc pas en ajouter. Par exemple, il n’y a pas de wasabi dans l’assiette en accompagnement de nos makis (rouleaux).

Qu’en est-il des nigris (petite boulette de riz couverte d’un morceau de poisson)?

Avec les nigris, il faut prendre la bouchĂ©e, la retourner pour avoir le poisson vers le bas et tremper le poisson seulement dans le soja. Puis, il faut garder la bouchĂ©e dans le mĂŞme sens et la mettre dans la bouche, le poisson sur la langue. C’est de cette manière qu’on mange des nigris.

Lorsque les gens trempent le riz dans la sauce soja, la boulette se défait, et on se retrouve avec trop de soja, ça masque le goût du poisson!

Est-ce qu’on doit utiliser ses doigts ou des baguettes?

Je prĂ©fère manger le sushi avec mes doigts. Mais c’est Ă  la discrĂ©tion du client, ce n’est pas grave.

Et que doit-on boire avec du sushi? Bière, vin, saké?

Peu importe ce que les gens préfèrent. Cependant, le vin blanc et le saké vont bien avec mes plats.

Lorsque les gens ne respectent pas l’Ă©tiquette, comment vous sentez-vous?

C’est une diffĂ©rence culturelle. Ici, les gens ont grandi avec beaucoup de sauces qui accompagnent les plats. Pas nous! Les gens peuvent manger comme ils veulent, tout ce que je veux, c’est qu’ils apprĂ©cient. Aussi, s’ils veulent manger Ă  la manière des Japonais, ça sera un plaisir de les initier!